00 377 97 97 79 95
(Cout d'un appel local selon votre opérateur)

Des voyages sélectionnés pour les lecteurs de Nice-Matin
au départ de Nice et Marseille !

00 377 97 97 79 95
(Cout d'un appel local selon votre opérateur)

Des voyages sélectionnés pour les lecteurs de Nice-Matin
au départ de Nice et Marseille !

LES CERISIERS EN FLEURS AU JAPON

Pour vous, voici une merveilleuse idée de voyage, en hommage à la beauté des cerisiers en fleurs !

Au Japon… pour l’Hanami ! Afin de fêter l’arrivée du printemps, de nombreux événements sont organisés par les villes japonaises. La floraison du sakura (cerisier) est célébré sur la durée de deux petites semaines. Comme une évidence, elle s’intègre dans la vie quotidienne des Japonais

Ce pays insulaire se trouve dans l’océan Pacifique. Sa capitale, Tokyo, est réputée pour ses gratte-ciel, ses magasins et sa culture populaire. Mais aussi, ses palais impériaux, de très nombreux temples et des sanctuaires, des parcs nationaux au milieu des montagnes… en composent la diversité et la richesse. Afin de parcourir cette contrée omnicolore, les trains à grande vitesse Shinkansen permettent de rejoindre les îles principales de Kyūshū (ses plages subtropicales d’Okinawa), Honshū (dont Tokyo et le mémorial qui rend hommage aux victimes du bombardement atomique d’Hiroshima) et Hokkaidō (appréciée pour pratiquer le ski).

Pour quelle signification ?

Ce moment rare, limité dans le temps et privilégié, s’apparente à une expérience magique. En effet, il faut savoir que le sakura ne produit aucun fruit. Au Japon, chaque ville possède “sa promenade” sous les sublimes cerisiers en fleurs. Comme un rêve éveillé… très convoité à l’annonce du printemps !

A quel moment ?

Du 25 mars au 30 avril 2019.

Pour découvrir cette célébration traditionnelle et ressentir l’élan national autour de l’éclosion des cerisiers en fleurs, la saison des sakuras représente le moment idéal pour programmer votre voyage au Japon.

En effet, tous les ans, à l’orée du mois d’avril, les habitants de la “terre du Soleil-Levant” honorent, dans la joie et selon les rites ancestraux, la passagère floraison des sakuras, les cerisiers caractéristiques du Japon. La plupart du temps, sur l’ensemble du territoire, la grande douceur du climat entraîne une précocité de l’épanouissement de ces fleurs impériales. Un symbole vivant qui ravit tous les passionnés de ces précieuses perles fleuries : souvent au début du mois d’avril dans les régions de Tokyo, Kyoto et Osaka, bien que ces dates puissent varier chaque année entre une ou deux semaines.

En réalité, les cerisiers japonais ne fleurissent pas à une date fixe car leur floraison dépend des facteurs climatiques comme des situations géographiques. En général, plus le climat est doux, plus précoces sont les fleurs.

Dans la région de Tokyo, Kyoto et Osaka, celle-ci a généralement lieu début avril mais ces dates peuvent varier sur deux semaines d’une année sur l’autre.

L’origine de ce rituel ?

Cette croyance trouve son fondement au VIIIème siècle lorsque le hanami était lié à la plantation du riz. A l’époque, les paysans japonais déposaient diverses offrandes aux pieds des arbres, tout en buvant du saké. Ils avaient pour habitude de réciter des prières afin d’invoquer la profusion des récoltes à venir.

Un siècle s’étant ensuite écoulé, cette tradition fut alors reprise par la cour impériale de Kyoto : tout en gardant la coutume des sakés répandue sur l’ensemble de l’île, elle instaura ensuite le raffinement et la rareté de mets goûteux. Les dégustations se faisaient alors à travers la déclamation de poèmes. Ce rituel fut adopté par les Samouraïs, des guerriers qui régnèrent pendant presque sept cents ans sur le Japon féodal.

A partir du XVIIème siècle, la population japonaise intègre donc cette tradition devenue nationale. Encore à ce jour, la saison printanière des cerisiers en fleurs fait référence à la renaissance. Elle s’accorde aussi avec le début de l’année fiscale et universitaire au Japon.

Où admirer les cerisiers en fleurs au Japon ?

– Okinawa : premiers cerisiers du pays en fleurs – dès fin janvier-début février – dans les ruines du château Nago, avec 20 000 arbres (Higan-zakura) aux fleurs d’un rose intense.

– Tokyo : parcs de Shinjuku, Asukayama, et Ueno, très recherchés. Egalement, les cerisiers de Botukei situés sur les bords de la rivière Sumida près d’Asakusa ainsi que les berges de Meguro. Le jardin botanique de Koishikawa offre la contemplation de multiples variétés de cerisiers. 

– Yokohama : parc Kaminoyama, près de Minato Mirai, et/ou le jardin de Sankeien, aménagé au centre de bâtiments anciens.

– Kamakura : Dankazura et sa multitude d’arbres fleuris qui s’imposent dans l’arrondi ouvert sur l’allée inclinée jusqu’au sanctuaire Tsurugaoka Hachimangu.

– Kyoto : Maruyama : le plus vieux parc de la ville, avec son impressionnant cerisier pleureur qui scintille tout au long de la nuit. Les cerisiers s’étendent aussi à perte de vue à Arashiyama. Le temple Daigo-ji qui accueillit l’organisation historique de Toyotomi Hideyoshi. Les multiples variétés du sanctuaire de Hirano qui bénéficie la nuit de la danse gracieuse des illuminations. Aussi, le canal Okazaki, situé non loin du sanctuaire Heian, un lieu fort agréable pour se promener sur l’eau, sous les branches protectrices et bienveillantes des cerisiers en majesté.

– Osaka : parc du château d’Osaka. Jardin du musée de la Monnaie pour s’imprégner des essences singulières et uniques de nombreux cerisiers (ouverture exceptionnelle pour l’occasion).

– Hiroshima : parc Senkoji, avec 10 000 cerisiers qui surplombent la ville.

– Kumamoto : château Kumamoto dont la construction date du XVIIème siècle, l’un des trois châteaux les plus connus au Japon.

– Hokkaido : parc Matsumae dont les 10 000 cerisiers, avec 250 variétés. Un autre sympathique château qui date de la période Edo. Enfin, le fort shogun de Goryokaku.

C’est pourquoi le Japon est un pays rempli de secrets, à aller découvrir au plus vite ! Au départ de Nice ou Marseille, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations !

Laisser un commentaire

Les coups de cœur de la rédaction